Vigilantisme

Vigilantisme : faire exercer la loi ou un code moral particulier de manière individuelle & en dehors de toute procédure judiciaire légale. On parle aussi d’auto-justice.

L’impunité et l’injustice

Le sentiment d’impunité est généralisé et le bon citoyen est le dindon de la farce. Il y a peu de présence policière, d’agents de sécurité/prévention, de gardiens de la paix. La justice est laxiste. Le manque de civisme de certaines personnes, par rapport aux autres qui respectent les règles, créent un déséquilibre et de la frustration. Oui je rêve d’une société à la « Demolition Man » ou « Judge Dredd ».

« La police ne sert à rien. Elle ne fait pas d’enquêtes. Elle n’ose pas patrouiller dans certains quartiers (zones de non-droit). Les policiers sont des lâches qui s’attaquent aux plus faibles. La Police (impuissante) invente toutes sortes d’excuses pour se débarrasser des citoyens venus se plaindre ou rapporter des faits. Le Parquet est débordé et n’aura pas le temps de s’occuper de votre affaire. Votre histoire sera classée sans suite. Pas de justice dans ce pays qui libère les criminels et les délinquants, bien entretenus dans nos prisons. »

Des commentaires qu’on entend souvent et qui pousse les gens à perdre confiance dans le système judiciaire de leur pays. Même les avocats vous déconseillent d’intenter un procès à une personne, une institution, une entreprise qui vous a lésé (procédure longue, lente et coûteuse pour au final ne rien recevoir). C’est frustrant. Dans plusieurs pays où les gens se demandent à quoi sert encore la Justice et la Police, certains ont recours à l’auto-justice.

Légitime défense

La légitime défense se pratique très peu en Belgique. L’une des raisons la rendant difficile est l’impossibilité d’avoir une arme à feu (ou même un couteau) pour se défendre, contrairement à certaines régions aux USA. Vous êtes attaqué, menacé par une arme à feu, cambriolé ? Vous devez rester là à attendre, impuissant, que la Police vienne vous dire que vous avez bien fait de les appeler. On vous reprochera peut-être de ne pas avoir installé une alarme ou une caméra de surveillance. Si vous vous défendez, ou si vous intervenez pour aider quelqu’un, vous devenez l' »agresseur ». Résultat : la société produit une horde de lâches impuissants.
Laurent tire sur les six hommes entrés dans son jardin
Le pompiste qui a abattu son braqueur est inculpé: « De victime on passe à coupable »
Voleurs dans une station service sont renversés par automobiliste puis tabassés par les victimes

Citizen’s arrest (« arrestation citoyenne »)

Principe qui permet à un citoyen de procéder à l’arrestation d’une personne ayant enfreint la loi. Article 73 du Code de procédure pénale en France. Dans la plupart des pays européens, les citoyens appelleront plutôt la police ou ne feront rien lorsqu’ils voient un délit ou un crime. Cependant, dans les pays dits anglo-saxons, des citoyens qui ont les capacités physiques pour le faire (car ce n’est pas toujours facile), parviennent à immobiliser un criminel ou un délinquant le temps que la police vienne le ramasser et annoncent de manière audible qu’il s’agit d’une « citizen’s arrest ». Dans cet exemple, un citoyen procède à l’arrestation citoyenne d’une femme qui vient de proférer des insultes racistes. La police de NY viendra la chercher. On a pu voir récemment une vidéo montrant un manifestant pour le mouvement des gilets jaunes attraper un casseur et le livrer à la police. Certains féliciteront le geste, d’autres parleront de délateurs.

Citoyens sanctionnateurs

Un député (plutôt à droite) du parti MR avait proposé de faire en sorte que des citoyens puissent verbaliser d’autres citoyens commettant des incivilités. Cette idée n’a pas été accueillie positivement. Certains l’assimilent à une forme de délation, d’autres diront que la police, les gardiens de la paix et les agents de prévention doivent faire leur travail plutôt que de demander à des citoyens non rémunérés de le faire. Aujourd’hui, un véhicule peut brûler un feu rouge et manquer de renverser quelqu’un, il ne se passera rien même si vous prenez note de la plaque d’immatriculation.

Vigilance locale

Il existe au niveau local des groupes de citoyens qui créent des PLP : partenariat local de prévention. Ce sont des citoyens vigilants qui œuvrent pour lutter contre l’insécurité dans leur quartier. Ils n’ont aucun pouvoir. Ils ne peuvent que relayer des informations concernant des problèmes et des risques à la police et à leurs voisins. Pratique dans des zones où les cambriolages sont fréquents.

Vigilantisme numérique

Le vigilantisme numérique est une façon de faire avancer une enquête grâce aux réseaux sociaux. La Police fédérale diffuse souvent les appels à témoins sur internet pour trouver un suspect. Ils font appel aux citoyens très tard cependant. Plus réactifs, d’autres personnes décident de retrouver eux-mêmes des coupables et demandent de l’aide sur les réseaux sociaux :

  • un magasin cambriolé va publier la photo des voleurs et espérer que des gens vont les reconnaître puisqu’il sait que les policiers ne se préoccuperont pas de son problème (exemple)
  • un automobiliste victime d’un délit de fuite va publier une photo de sa voiture endommagée ou du fuyard et lancer un appel à témoins
  • lorsque des personnes sont victimes d’un commerçant ils publient une alerte ou un avis négatif sur les réseaux sociaux pour éviter que d’autres personnes ne se fassent avoir (porte à porte suspect, faux entrepreneurs, etc.)
  • on publie des photos de personnes qu’on soupçonne d’attouchements ou actes pervers dans les transports (frotteurs) ou des pick-pockets
  • diffusion d’une alerte de kidnapping en camionnette afin de mettre en garde les parents contre les risques que courent leurs enfants

Le doxing, entre dénonciation et délation numérique
Vigilante paedophile hunters ruining lives with internet stings

Dans la culture populaire

Lorsque des citoyens veulent la fin de la délinquance et de la criminalité, aident la police, dénoncent des incivilités, ils sont très mal vus. Du coup ils n’osent pas (ou ne veulent plus) intervenir ou collaborer. Par exemple, le GJ qui a arrêté un casseur a été traité de « poucave« .

Pourtant, lorsqu’on voit circuler des articles qui parlent d’agressions, vols ou violences de toute forme, les internautes se lâchent sur les réseaux sociaux : les pédophiles et pervers sexuels devraient être castrés et ceux qui tuent des innocents méritent la peine de mort. Pourtant, lorsqu’ils sont témoins de ce genre de situation, très peu vont réagir (voir campagne « Would You React »).

On traite souvent les gens qui prônent le vigilantisme de fascistes et sécuritaristes. Le sécuritarisme désigne la tendance qui consiste à donner une priorité excessive à la sécurité, à avoir une obsession de la sécurité absolue, à pousser à l’extrême le principe de précaution.

La peur du vigilantisme s’explique par les dérives possibles : le risque d’accuser/lyncher des innocents et ceux et celles qui ont recours au vigilantisme pour assouvir leurs instincts racistes via des campagnes ciblées (expéditions punitives).

Bien que les citoyens demandent toujours de pouvoir vivre dans un endroit sûr, dès que l’État décide de mener une politique plus sécuritaire, tout le monde crie à l’atteinte de la vie privée.

  • Ils ne veulent pas de caméras pour les surveiller (mais ils veulent qu’on en mette pour traquer ceux qui font des dépôts clandestins)
  • Ils dénoncent le manque de surveillance sur les routes (mais s’amusent à signaler les radars et contrôles policiers sur les réseaux sociaux)
  • Ils ne veulent pas de la surveillance de terroristes potentiels (Patriot Act, vie privée et tout ça) mais crient lorsqu’ils découvrent qu’un attentat aurait pu être évité

En tout cas même Emmanuel Macron soutient le vigilantisme dans un tweet : « Tout le monde est acteur de la protection collective. Quand on refuse de mettre un terme aux violences dans son quartier, on en devient en quelque sorte complice. Nous devons construire une société de la vigilance dans tous les quartiers. »

Liens intéressants

http://www.allocine.fr/diaporamas/cinema/diaporama-18668899/
http://forum.nanarland.com/viewtopic.php?f=29&t=22345
https://en.wikipedia.org/wiki/Vigilante
https://lundi.am/Vigilantisme-super-heros-et-colonialite-du-pouvoir-3-5
Dénoncer une violence sur Facebook, la police est contre
Le vigilantisme numérique, entre dénonciation et sanction
Justiciers hors-la-loi
Document : LA PARTICIPATION DES CITOYENS EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ LOCALE
Un faux justicier au marteau enflamme le Web chinois
Corée du Sud : les justiciers du net
The Ethics of Judge Dredd
Judge Dredd ou les charmes ambigus du super-fascisme
Webdocumentaire sur le vigilantisme en France
Netizen
DdD : les super-héros sont-ils fascistes ?
Émergence des milices d’auto-défense en France
Le vigilantisme s’installe en France
Quand la Police ne répond pas

MASTER SCIENCE POLITIQUE, 2018-2019, L’ETAT A L’EPREUVE DE LA VIOLENCE EXTRA-JUDICIAIRE, « Polices parallèles », vigilantisme et nettoyage social, Gilles Favarel-Garrigues, Laurent Gayer

Riverains contre dealers : des habitants qui n’osent plus sortir de chez eux car des dealers et des toxicos occupent le bas de leur immeuble, dans des cours, un commerçant qui voit le nombre de clients diminuer à cause de cette présence, etc. Face au laxisme des autorités, ils doivent s’organiser.

Nous avons vu que les cas de vengeance sont souvent dans le cadre de crimes, cependant on peut faire justice soi-même dans d’autres cas : un propriétaire expulse sa locataire lui-même, sans passer par la case Justice. Comment ? Une certaines forme d’intimidation. Notez également que les locataires se vengent aussi des propriétaires malhonnêtes d’autres manières. (source : reportage « Propriétaires et justiciers » dans l’émission Prise directe sur France 2, mardi 9 novembre 2010)

Vigilantisme au cinéma et jeux vidéos

Devoir d’enquête, La Une, 13/03/2019

Justice : on ferme ? Luc, Christophe, David, Dimitri… Ils sont justiciables ou avocats, ils attendent de la Justice une décision ou un arbitrage. Mais parce que celle-ci est débordée, parce qu’elle est de plus en plus chère, ils ont jeté l’éponge ou commencent à perdre patience. Il y a deux mois, le président de la Cour d’appel de Mons fermait, faute de magistrats, une salle d’audience correctionnelle, privant de jugement tous ceux qui devaient s’y présenter. Devoir d’enquête est donc allé à la rencontre des citoyens confrontés à cette Justice qui se dit malaimée et maltraitée par les autorités. Ces justiciables, comme les magistrats eux-mêmes, veulent y croire encore mais s’inquiètent… Chronique d’un naufrage annoncé A l’image du Palais de Justice de Namur qui a dû fermer ses portes plusieurs semaines, notre Justice prend l’eau… Depuis plus de trois ans, à la suite de la vaste réforme du Ministre de la Justice, Koen Geens, nos magistrats sont sortis de leur palais et de leur salle d’audience pour crier leur indignation ! Mais Ils en appellent aujourd’hui encore plus qu’hier, à une mobilisation générale des citoyens. Il y a 3 ans, Devoir d’Enquête avait déjà dû constater que la situation était, en effet, alarmante. Cette fois, la situation est grave, puisque désormais, notre enquête le montre, à Namur, faute de moyens, le Parquet ne s’occupe plus de plaintes aussi essentielles que des pensions alimentaires non payées ou des gardes d’enfant non respectées… C’est un peu de notre Justice qui fout le camp ! Avec, « Chronique d’un naufrage annoncé », on embarque sur l’histoire d’une justice mal en point, des magistrats qui, à quelques semaines des élections, réclament un débat public urgent… Ça s’est jugé près de chez vous . On l’appelle justice de proximité… Elle se présente comme une justice de paix. Mais quelle réalité se cache derrière ces mots qui résonnent comme des promesses ? Pour le savoir, nous avons partagé le quotidien de Fabienne Denoncin. Depuis 18 ans, c’est elle qui incarne cette justice à Châtelet, à une dizaine de km de Charleroi. Au milieu des centaines de dossiers plaidés en audience publique, dans le huis clos de son bureau, lors de ses visites dans les hôpitaux ou au domicile des plus précarisés, elle écoute, analyse et rend la justice. La justice qu’elle défend est humaine, incarnée, indépendante de toutes pressions… Pour Michel, Hughette ou Léna, madame la juge va prendre des décisions qui vont changer le cours de leur vie. Famille, logement, protection des plus faibles qu’ils soient âgés ou malades, les matières sont nombreuses, diverses mais ont toutes le même enjeu : l’humain. Mais aujourd’hui, elle et ses collègues craignent d’être lessivés par des décisions politiques prises si loin de leurs préoccupations. Résultat : leur territoire d’action vient de s’agrandir, des justices de paix ferment leur porte, des postes restent vacants.

https://www.rtbf.be/tv/emission/detail_devoir-d-enquete/actualites/article_justice-on-ferme?id=10164097&emissionId=94
https://www.rtbf.be/tv/emission/detail_devoir-d-enquete/actualites/article_la-justice-pour-tous-en-panne?id=10163231&emissionId=94

7 commentaires sur “Vigilantisme

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :